6 avril 2020 3 Commentaires

Art 5 : Crise Covid : l’insuffisance n’est pas que respiratoire

Jour ou nuit, le travail à l’hôpital demande une concentration, une réactivité à l’urgence permanente, notre cerveau ne déconnecte pas immédiatement à la sortie du service. Ce matin,  arrivée chez moi, j’ai entendu un bip bip strident : instantanément en alerte, je cherche qui va mal… Pourquoi le scope sonne ? Ah non, c’est seulement le camion des éboueurs qui recule … Après avoir été en sur-vigilance plusieurs heures, il nous faut un peu de temps pour décrocher…

Aujourd’hui, je vais m’énerver sur  toutes ces choses qui ne devraient pas être et qui rendent notre travail de soignants encore plus difficile.

Nous  nous investissons physiquement, émotionnellement à la limite de nos forces sans rechigner quand c’est pour les malades mais il y a en nous une colère sourde, un sentiment d’injustice, voire de dégout.Nous voudrions  nous consacrer à notre mission de soin, mais nous passons un temps fou à chercher des solutions pour pallier au dysfonctionnement logistique.

Nous avons manqué de masques, de SHA, maintenant nous comptons les sur blouses et tabliers, nous courrons après les médicaments, les sacs poubelle. Nous manquons de tout.

 Et colère envers les inconscients pour qui tout est prétexte à sortir : nous prenons de réels risques d’être nous mêmes contaminés, l’épuisement guette de nombreux soignants : vacances et repos annulés, certains travaillent dans des conditions affreuses 6 jours sur 7. Les internes enchainent les gardes, jour, nuit. Nombreux sont nos collègues eux même contaminés qu’il faut remplacer au pied levé.

Pour illustrer et tenter de montrer dans quelle détresse ça nous met, je partage quelques publications pêchées sur les réseaux sociaux, nous mendions de quoi travailler dans des conditions minimum de sécurité :

 Claire, cadre : « Urgent ++++     Nous n’avons plus de tabliers plastiques à usages uniques Et  Des casaques bleues manches longues à usages uniques.  Si vous en avez n’hésitez pas à me contacter (…).     Merci pour votre aide ++++++ »

Gwenaelle S : « Bonjour, je fais appel à votre générosité. Mon établissement de santé (…) qui dispose notamment d’un service de médecine accueillant des patients atteints du Covid19 ainsi qu’un EHPAD recherche de toute urgence les équipements suivants afin de pouvoir nous protéger : – masques chirurgicaux et FFP2 – solution hydro-alcoolique – blouses jetables, sur-chaussures et charlottes Je pense notamment aux entreprises du BTP, peintres, esthéticiennes, tatoueurs, traiteurs qui utilisent ce genre de matériel. »

Axelle, aide soignante : « Donc nous on fait sauter nos congés annuels et nos repos pour vous soigner au péril de notre vie et de celle de nos proches et vous vous sortez faire la fête au soleil ?? Vous nous prenez pour des cons là en fait ? Si vous faites partie de ceux là, Arrêtez d’applaudir bande d’égoïstes!  vous ne méritez pas notre dévouement. »

 Emmeline E : « Je partage avec vous un moment merveilleux… hier dans notre réanimation, nous avons enfin réussi à extuber notre 1er patient Covid parmi des dizaines de patients intubés et ventilés depuis des semaines. Toutes les soignantes étaient postées devant son box et beaucoup en larmes… ça donne enfin du courage pour la suite. Comme d’autres j’avais envie de le serrer dans mes bras! Impossible. Ça nous a reboostées pour continuer le combat. »

 

Et enfin, je voudrais aussi saluer les étudiants infirmiers, les externes qui ont été nommés « volontaires d’office » pour renforcer les équipes. Toutes mes nuits travaillées l’ont été avec des jeunes élèves infirmières faisant fonction d’aide soignantes. Elles devraient être en train de travailler leur mémoire ou d’être en stage d’apprentissage pour passer leur diplôme et les voilà jetées en pâture dans les services à côtoyer la mort et à devenir professionnelles avant l’heure. Toutes celles que j’ai rencontrées se montrent motivées, aidantes, efficaces. Si des soignants lisent ceci et qu’ils ont dans leur équipe de jeunes étudiants, s’il vous plait, prenez le temps de leur demander ce qu’ils ressentent, autorisez les à craquer, à pleurer. Aider les. C’est d’une violence ce début de carrière !

Pour illustrer cela, je vous partage un autre texte, âme sensible s’abstenir. Moi j’ai les larmes aux yeux à chaque lecture :

https://www.infirmiers.com/etudiants-en-ifsi/etudiants-en-ifsi/monsieur-president-je-vous-fais-lettre-pour-mon-petit-soldat.html

 

3 Réponses à “Art 5 : Crise Covid : l’insuffisance n’est pas que respiratoire”

  1. JF 6 avril 2020 à 22 h 43 min #

    Un grand merci a toi et l ensemble des soignants pour votre dévouement au quotidien…tenez bon les francais on besoin de vous.

  2. Sylvie91 8 avril 2020 à 10 h 44 min #

    J’ai honte…

  3. Cat 8 avril 2020 à 17 h 56 min #

    Toute cette lecture me bouleverse et pourtant c’est la réalité Merci Nat
    Mille pensée à ta fille


Laisser un commentaire

Santepsy |
PLACE du PROCHE aux URGENCES |
Journal de bord de ma candi... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | 18&22
| Fillinges des Blouses pour ...
| Santé et Nature